Un roman de Fantasy, lu il y a quelque temps déjà, mais que je ne peux que vous inviter à découvrir.

Résumé : (source Editeur)

On l’appelle Chien du Heaume parce qu’elle n’a plus ni nom ni passé, juste une hache ornée de serpents à qui elle a confié sa vie. La quête de ses origines la mène sur les terres brumeuses du chevalier Sanglier, qui règne sans partage sur le castel de Broe. Elle y rencontre Regehir, le forgeron à la gueule barrée d’une croix, Iynge, le jeune guerrier à la voix douce, mais aussi des ennemis à la langue fourbe ou à l’épée traîtresse. Comme la Salamandre, cauchemar des hommes de guerre…

On l’appelle Chien du Heaume parce qu’à chaque bataille, c’est elle qu’on siffle.

Dans l’univers âpre et sans merci du haut Moyen Âge, loin de l’image idéalisée que l’on se fait de ces temps cruels, une femme se bat pour retrouver ce qu’elle a de plus cher, son passé et son identité.

Mon avis :

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu de l’héroïc Fantasy. D’ailleurs ce roman n’abuse pas trop du « Fantasy », la magie n’est présente que par allusions.

Le personnage principal est Chien du Heaume, une mercenaire qui se fait appeler ainsi car elle ne connait pas son véritable nom. Et la question de son identité la taraude. Elle prend donc la route à la recherche de son véritable nom avec comme seule piste hache, son arme de prédilection, qui appartenait à son père, un beau salop, qui l’a élevée ou du moins entrainée.

Cette quête l’amènera auprès de Bruec, le chevalier sanglier, propriétaire d’une hache quasi identique. Elle s’installera dans son castel. Elle fera connaissance de Noalle, la femme-enfant de Bruec. elle n’a que 14 ans mais c’est déjà une mégère en puissance. Il y a aussi Iynge, le jeune chevalier qui ne sait pas mentir et Reghir, le forgeron marqué au visage par une croix, qui attend sa femme Brehir.

 

Justine Niogret pose là une belle aventure avec parfois quelques longueurs : on se demande si la quête pour son nom va reprendre après l’installation au château de Bruec, mais cela fait parti de la vie de Chien du Heaume. D’ailleurs, son hôte sera celui qui l’aidera à reprendre la route pour continuer.

 

C’est bien écrit, avec une recherche dans le vocabulaire. Un petit lexique finit le livre. On rentre bien dans l’histoire. Parfois, l’auteure prend le lecteur à parti sous prétexte que Chien n’entend pas ou a d’autres chats à fouetter.
C’est cash, sanglant aussi, mais bon, une hache, c’est rarement fin comme arme.

Mon seul bémol tient à ce prologue qui semblait un point de départ, mais qui n’est pas rattaché au reste du récit. Peut être pour la suite de la vie de Chien du Heaume ?(Mordre le Bouclier, mais je ne l’ai pas encore lu)

Le site de l’éditeur : www.memnos.com
Le blog de Justine Niogret : http://justineniogret.over-blog.com/

Posted by Gil

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *